Page d'accueil Analyse
Le dernier dialogue de Macaire le Grand

Le dernier dialogue de Macaire le Grand

Illustration_1.jpg

S. G. Alferov, collaborateur du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, membre de la Commission de dialogue entre l’Église orthodoxe russe et l’Église copte

En 2021, les moines du monastère Saint-Macaire-le-Grand du désert de Nitrie (Église copte, Égypte) ont fait une remarquable découverte. Travaillant à l’étude et à la numérisation des manuscrits de la bibliothèque monastique, ils ont relevé deux manuscrits antiques rédigés en copte, répertoriés aujourd’hui au catalogue de la bibliothèque comme « manuscrit n°383 » et « manuscrit n°384 ».

Ces manuscrits contiennent deux parties d'un texte écrit il y a environ 1630 ans, ce qui correspond à peu près à l’an 391 : selon la tradition, c'est cette année-là que mourut saint Macaire le Grand, l’un des fondateurs du monachisme égyptien et premier abbé du monastère.

L’analyse textologique, effectuée avec des spécialistes de l’Institut d’études coptes du Caire, a montré que ces manuscrits contiennent le dernier entretien spirituel de saint Macaire, noté par ses disciples. Le texte a donc reçu le titre de « Dernier dialogue de saint Macaire le Grand », le mot dialogue désignant ici un entretien, une exhortation du saint à ses disciples.

Avec la bénédiction du patriarche copte Tawadros II, dans le cadre de la Commission de dialogue entre l’Église orthodoxe russe et l’Église copte, ce monument de la littérature spirituelle a été traduit en russe et publié pour la première fois.

Les higoumènes et les moines coptes venus visiter la Russie du 23 août au 1er septembre 2021 ont apporté les exemplaires d’un premier tirage limité.

Illustration_2.jpg

Le texte se compose d’un abrégé des principes de la vie chrétienne ; il étonne par sa simplicité, en même temps que par sa profondeur. Il contient des conseils spirituels toujours actuels, et présente un réel intérêt pour le lecteur d’aujourd’hui.

LE DERNIER DIALOGUE DE SAINT MACAIRE LE GRAND

Un jour, les anciens du désert de Nitrie invitèrent saint Macaire : « Viens nous voir ; nous voulons te voir avant que tu retournes à Dieu ». La communauté s’assembla à son arrivée, et les moines lui demandèrent : « Parle-nous, père ».

Et il leur dit : « Mes enfants bien-aimés, rendons gloire aux saints. Honorons avec zèle l’héroïsme des saints et leur vie, admirons comment ils ont été rendus dignes des Béatitudes du Royaume céleste. Ils ne l’achetèrent pas avec de l’argent, ils imitèrent l’héroïsme des saints les ayant précédés. Ils acquirent le détachement, l’humilité de l’âme et un cœur contrit en priant, en aimant tous les hommes et en craignant Dieu qui ne quitta jamais leurs cœurs. C’est ainsi qu’ils en chassèrent la colère. Ce sont les vertus de l’âme.

Ils rejetèrent les plaisirs charnels, ils souffrirent la faim et la soif, ils ne jouirent de rien en ce siècle. Dans l’ascèse, ils s’acquirent la gloire et reçurent la couronne du Royaume des cieux. Au nom du Seigneur, ils renoncèrent aux désirs de leurs cœurs, ils prirent leur croix et Le suivirent, et rien ne les sépara de Son amour.

Nous n’avons pas l’amour parfait et plénier de nos saints pères pour Dieu. Rien ne séparera de l’amour de Dieu ceux qui L’aiment sincèrement d’un amour pur, sans compromis et sans hypocrisie : ni enfants, ni femme, ni frère, ni famille, ni or, ni pouvoir. Car il aimait sincèrement Dieu, Abraham n’épargna pas son fils Isaac, quand Il le pria de le Lui sacrifier : il obéit et fit ce qui lui était demandé. Les saints martyrs ont préféré l’amour de Dieu à la vie temporaire, supportant patiemment les tourments et répandant leur sang. A cause de leur amour de Dieu, ils illustrèrent par leur vie ces paroles de l’apôtre Paul : « Qui nous séparera de l'amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l'angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l'épée? Car j'ai l'assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur » (Rm 8, 35, 38-39). 

Illustration_3.jpg

Mes enfants, c’est maintenant notre tour. Ayant méprisé l’amour du monde et renoncé à le servir, ayant suivi le Seigneur Jésus Christ, nous devons L’aimer plus que nos parents, plus que nos frères, que nos enfants et que tous les autres, afin d’obéir au commandement et de pratiquer les vertus, imitant les saints.

Mes enfants, fuyez le péché, soyez patients jusqu’à la mort, observez les commandements du Seigneur. N’écoutez pas les suggestions de l’ennemi [du genre humain], qui vous pousse à enfreindre la volonté divine, en commençant par les plus petits commandements. En enfreignant l’un d’eux vous attirez sur vous la colère de Dieu.

Je veux, mes enfants, que vous soyez toujours les temples de Dieu qui vit en vous (cf 1 Co 6, 19). Que vous aimiez toujours votre prochain, qu’aucun de vous n’ait de rancune et de haine contre son frère, car le cœur qui contemple le mal et la haine ne peut être le tabernacle de Dieu. Vous savez que si vous vous aimez les uns les autres, alors Dieu demeurera en vous (cf Jn 13,35). Aimez-vous donc les uns les autres, pour acquérir les qualités des vertus de votre rang monastique tous les jours de votre vie.

Écartez de votre face le voile des ténèbres, qui empêche de voir la douceur [de la vie en Christ]. Aimez le prochain, découvrez la beauté de cette vertu. Entendez l’apôtre Paul vous dire : « Vous êtes les temples du Dieu vivant » (II Co 6,16). Gardez cette parole dans vos cœurs et ne jugez pas le prochain, ne l’affligez pas, afin de ne pas susciter la colère de Dieu qui vit en lui. Car les honneurs que l’homme rend à son frère, il les rend au Christ, auquel est la gloire !

Illustration_4.jpg

Honorez aussi le pauvre et le nécessiteux, car Il enseigne : « Toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites » (Mt 25,40). Je vous en prie, éloignez-vous de qui sème la discorde et le jugement, causant la perte de votre âme. L’âme qui s’interdit la discorde, qui rejette la cupidité et qui renonce aux concupiscences du siècle brille comme le soleil, car elle s’affranchit du péché. Si elle est assaillie du désir de juger, de semer la discorde, si l’envie, le désir d’amasser et autres mauvaises actions la tentent, la grâce la quitte.

Vous savez que le sage, s’il tombe une fois dans un trou, fera tout pour ne pas y retomber. Sachez aussi que, de même que le serpent s’est fait le réceptacle de l’ennemi, qu’Adam est tombé et a connu la mort par lui, les mauvaises actions sont les portes de l’ennemi, par lesquelles l’âme de l’ascète périt. Veillez donc à ne pas devenir réceptacle de satan.

Illustration_5.jpg

Mes enfants, veillez sur vos âmes, afin que vos cœurs restent purs ; évitez toute impureté, car il est aujourd’hui beaucoup de loups, désirant la perte des brebis innocentes.

Si l’un de vous a commis une faute et blessé le cœur de son frère par la parole, s’il a semé la discorde, il doit immédiatement s’en repentir et ne pas recommencer pour ne pas attiser le feu [des passions]. Qui entend un jugement contre un de ses frères doit immédiatement le justifier pour que la paix et l’amour règnent entre vous, et que les paroles de notre Sauveur portent en vous de bons fruits. Bienheureux les artisans de paix, car ils sont fils du Dieu Très-Haut (cf Mt 5,9).

Sachez aussi, mes enfants, qu’en vérité le mystère divin est contenu dans le cœur humain. Quand le cœur est impur et que ses intentions sont impures à l’égard de son prochain, il ressent son impureté, si cachée soit-elle.

Il en va de même pour la charité. Si le cœur de votre frère vous aime, vous le sentez, de même que vous ressentez l’amour que vous lui portez en réponse. Ainsi, que votre âme soit attentive, que votre cœur soit pur.

Qui est troublé par les paroles d’un frère et ne sait s’il dit vrai ou faux, ne doit pas cacher son trouble dans son cœur, ni encore moins lui dire de bonnes paroles, enfouissant sa rancœur au fond de soi. Un cœur impur engendre une haine violente et suscite la colère de Dieu. C’est pourquoi, qui entend son frère dire des paroles qui troublent son cœur, qu’il lui en fasse immédiatement la remarque. S’il n’agit pas ainsi, la haine grandira peu à peu en lui, amenant à la mort, dans cette vie et dans le siècle à venir.

Mes enfants, qui supporte des afflictions mais ne les accepte pas et ne s’y résigne pas, périra [pour la vie éternelle]. Il sera frappé par des tourments, deviendra amer, triste, abattu et inquiet. La pratique spirituelle est semblable à la voie royale, gardée jour et nuit par des veilleurs. Qui choisit cette voie et s’y tient strictement est en sécurité. Le négligent, l’égoïste, le désobéissant se choisit une voie difficile et fatigante. En la suivant, il s’épuise et risque de périr car les brigands le guettent. Ainsi, qui s’est écarté de la voie royale, ayant succombé à la tentation, qu’il se relève et se corrige. Quant à celui qui rejette la voie royale et en choisit volontairement une autre, il n’y a pour lui ni excuse, ni remède.

Je vous implore de tout cœur : « Que le soleil ne se couche pas sur votre colère » (Eph 4,26). Aucun de vous ne doit se coucher en gardant de la rancœur contre son frère. Si la mort venait le frapper durant la nuit, il retournerait au Seigneur avec un cœur souillé et des pensées impures, il perdrait tous ses travaux, la paix [de l’âme] et la vie à venir [avec le Christ]

Mes enfants, je vous souhaite de vous multiplier au service des saints[1] et des malades, de leur faire plus de bien. Sachez que chacun de vos efforts vous sera compté, que ce soit un service, la prière, les métanies, les larmes ou le jeûne. Même un mot prononcé avec l’amour de Dieu, toute manifestation de vertu vous sera comptée comme un bien. N’ayez pas peur, mes enfants, car notre Sauveur ne nous veut aucun mal, et chacun de nos bienfaits Lui sera révélé lorsque viendra l’heure pour notre âme de se séparer du corps.

Bien-aimés, n’imitez pas ceux qui mangent, boivent et dorment immodérément, mais imitez plutôt ceux qui travaillent et acceptent tout au nom du Seigneur. Faites donc votre ouvrage avec zèle et aimez les difficultés. Que la fatigue corporelle vous soit une joie et une consolation. Ne vous en affligez pas, et ne travaillez pas par contrainte, mais de bon cœur.

Que celui qui a soif d’ascèse y aspire avec un cœur joyeux, sans paresse. Béni est celui qui travaille la joie au cœur, car les portes du paradis s’ouvrent pour lui.

Illustration_6.jpg

Qui se soumet à la faiblesse du corps, devient bientôt étranger aux principes des vertus, préparées pour ceux qui se fatiguent sincèrement. Qui doute de la résurrection [des morts] est incapable de recevoir les dons célestes, n’ayant rien d’autre en lui que la tristesse et des ténèbres infinies.

A quoi servent à l’âme les brèves consolations de la nourriture, de la boisson, du luxe excessif, s'il doit périr dans les tourments éternels (cf Lc 12,16-21) ?

Qui acquiert une vertu et en laisse une autre est semblable à un homme qui, ayant pris un vase rempli d’huile et négligeant de remarquer qu’il est troué, se met en route [de nuit][2]. Il ne parvient pas à son but, car le vase est bientôt vide. Il en va de même de toute personne qui observe un commandement, mais néglige les autres : sa fatigue est vaine.

Veillez à ne pas laisser la paresse vous envahir. Ne vous laissez pas tenter par de vaines rêveries, pour ne pas être semblable à qui fait l’aumône et, étant paresseux, se croit déjà exempt de l’accomplissement des autres commandements. Ou à celui qui croit qu’il sera sauvé uniquement parce qu’il a nourri quelqu’un ou donné l’hospitalité, qu’il a visité un malade ou un prisonnier, sans avoir observé aucun des autres commandements. Ou à celui qui prie jour et nuit, mais n’a ni amour, ni miséricorde et enfreint les autres commandements. Ne soyez pas comme celui qui jeûne perpétuellement et se prive de tous les biens terrestres, sans s'exercer aux autres commandements. Ni comme celui qui, étant paresseux, aspire à l’abstinence et à la pauvreté, étant certain qu'il sera sauvé par sa chasteté et par son esprit de pauvreté. Ou comme celui qui, ayant la pureté physique, ne se garde pas des mauvaises pensées, des disputes et de l'envie, et croit que sa pureté corporelle lui vaut déjà le Royaume des cieux.

Ainsi, qui n’observe que certains commandements ne sera sûrement pas sauvé par eux, car les commandements sont semblables à une chaîne : il suffit qu’un maillon manque pour qu’elle soit brisée. Qui méprise ne serait-ce qu’un seul commandement, perd tous ses travaux !

Mes enfants, souvenez-vous de ces paroles, recevez-les et gardez-les dans vos cœurs, car viendra un temps où le Seigneur vous redemandera le fruit de mes paroles, et vous confirmerez que je vous les ai dites. Que mes paroles ne soient pas une occasion de jugement, car elles n’ont pour fin que votre salut et votre bien.

Ayant soin, mes enfants, du salut de vos âmes, et adressez-vous au Seigneur avec une contrition pure, sans mensonge, avec larmes et supplication.

Reconnaissez vos faiblesses, ne soyez pas semblables aux animaux sans raison, ni sagesse qui, étant tombés dans une ornière, y retombent de nouveau. Sachez que la pénitence est établie et préparée pour vous, qu’elle découvre toutes les vertus à qui les cherche. Car de même que le repentir est grand, de même est grande son issue éternelle de béatitude. Qui s’exerce à la pénitence, sans que son cœur cesse d’y aspirer, recevra une grande récompense et parviendra au Royaume des cieux.

La contrition, la confession de tous ses péchés, du corps et de l’âme, est la clé de toutes les vertus et le principe de toute justice. Qui l’acquiert se trace la voie de l’accomplissement des commandements et devient semblable à l’homme fidèle, ayant bâti sa maison sur le roc (cf Mt 7,24-25).

Mes enfants, je prie le Seigneur qui prend soin de vous de ne pas permettre que vous soyez soumis à la tentation, ou que vos âmes tiédissent à cause de la négligence de vos cœurs, car la tiédeur éloigne du repentir et prive de la pénitence. Tant que vous vivez dans vos corps, soyez fermement attachés à la pénitence, ne lui permettez pas de s’écarter de vous.

Rappelez-vous qu’en renonçant à la pénitence et à la miséricorde, on s’éloigne du Royaume céleste.

Illustration_7.jpg

Le jeûne est lié à plusieurs vertus que vous connaissez tous, mais elles ne portent de fruit qu’ensemble. Soyez attentifs, ne négligez pas le jeûne, et les ennemis qui nous envient et qui aspirent à annihiler nos vertus, n’auront plus la force de nous faire du mal. Plus nous négligerons le jeûne, plus grand sera le mal qu’ils nous feront.

C’est pourquoi, pendant le khamsin[3], si vous ne pouvez jeûner et vous prosterner, veillez et lisez avec zèle l’Écriture Sainte. Accomplissez votre ministère avec rigueur et crainte [de Dieu], ne manquez pas la fréquentation de l’église. Sachez que l’ange du Seigneur sait par grâce spéciale qui est digne [dans sa vie spirituelle], et qu’il s’en réjouit et le bénit. Il s’afflige et pleure sur les indignes.

Mes enfants, soyez attentifs à ne pas vous approcher des Saints Mystères si vous craignez, pour quelque raison, qu’ils servent à votre condamnation et à votre perte (cf I Co 11,29-30). Ne soyez pas en retard à l’office divin, écoutez les psaumes, les cantiques de louange et l’Écriture Sainte avant de vous approcher pour communier au Corps du Christ et à Son Sang vivifiant. Ce sacrement chasse de vos âmes toutes les forces des ténèbres et purifie vos cœurs de toute impureté, selon le mot du Sauveur : « Qui mange ma chair et boit Mon Sang demeure en Moi et Moi et lui » (Jn 6,56).

Quant aux négligents qui s'obstinent à ne pas recevoir le Corps et le Sang du Christ, les forces du mal triomphent d’eux. Elles souillent leur cœur et éloignent d'eux la grâce du Seigneur.

Ainsi, ne laissons en nous ni vices, ni souillures qui empêchent de communier aux Saints Mystères avec un cœur et une âme purs. Unissons-nous toujours au Christ, car c’est par lui que nous sommes libérés du pouvoir des ennemis.

Veillez en esprit, que la foi emplisse [vos cœurs], afin que vous puissiez vous approcher du Seigneur avec un cœur pur et de bonnes œuvres, sans faire acception de personne, pour entrer dignement à la Jérusalem céleste et recevoir les couronnes incorruptibles. Béni soit celui qui trouvera notre Sauveur Jésus Christ, à qui revient la gloire avec Son Père et Son Saint Esprit dans les siècles des siècles. Amen. »

Il conclut ensuite : « Frères, pleurons ensemble, et que les larmes coulent de nos yeux maintenant, avant que nous n’allions là où elles brûlent en vain nos corps. »

Alors, saint Macaire pleura, et tous pleurèrent avec lui et tombèrent la face contre terre en disant : « Père, prie pour nous. »

Notes

[1] Ici, les frères de la communauté monastique.

[2] Il s’agit de lampes à huile, utilisées dans l’Antiquité pour les voyages de nuit. La parabole des vierges sages utilise la même image (Mt 25,1-13).

[3] Le khamsin, tempête de sable de 50 jours, s’accompagnant d’une chaleur épuisante. En Égypte, ce phénomène se produit généralement au printemps, tombant souvent pendant le Grand Carême.

Partager:
Le patriarche Cyrille : le patriarche Bartholomée ne se considère pas comme le premier entre égaux, mais comme étant au-dessus de tous les autres

20.11.2021

Réunion du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe

08.11.2021

Réponses de Sa Sainteté le patriarche Cyrille de Moscou et de toutes les Russies au magazine « Forbes France »

26.10.2021

Le patriarche Cyrille a répondu aux questions des participants du IXe festival « Foi et parole »

22.10.2021

Rencontre tripartite des leaders religieux de Russie, d’Azerbaïdjan et d’Arménie

13.10.2021

Le patriarche Cyrille a rencontré le président de la Direction des musulmans du Caucase, le cheik al-islam Allahchoukiour Pachazadé

12.10.2021

Rencontre du primat de l’Église orthodoxe russe avec le patriarche catholicos de tous les Arméniens

12.10.2021

Le patriarche Cyrille : le patriarche Bartholomée est tombé dans le schisme

27.09.2021

Le patriarche Cyrille a présidé une réunion du Saint-Synode de l’Église russe

23.09.2021

Le patriarche Cyrille inaugure une conférence sur la primauté et la conciliarité dans l’orthodoxie

16.09.2021

Le patriarche Cyrille ouvrira une conférence sur la primauté et la conciliarité dans l’orthodoxie

14.09.2021

Le patriarche Cyrille : Les forces du mal déchirent l’unité des Églises orthodoxes

29.08.2021

Condoléances du patriarche Cyrille suite au décès du président du Conseil des Musulmans d'Ouzbékistan

24.08.2021

Félicitations patriarcales au métropolite Onuphre de Kiev et de toute l'Ukraine à l'occasion de l'anniversaire de son intronisation

17.08.2021

Condoléances du patriarche Cyrille suite aux décès causés par l'explosion d'une citerne de carburant au Liban

16.08.2021

Le métropolite Hilarion : pour la première fois, les violations des droits des fidèles de l’Église orthodoxe ukrainienne ont été reconnues au niveau international

21.11.2021

Le métropolite Hilarion a qualifié d’infondées les déclarations des États-Unis sur les « violations des libertés religieuses en Russie »

21.11.2021

Le président du DREE en visite à la Représentation permanente de la Russie à l’ONU

17.11.2021

Le président du DREE à la représentation du Patriarcat de Moscou aux États-Unis

16.11.2021

Le métropolite Hilarion a salué la résolution du Comité des droits de l’homme de l’ONU sur les persécutions contre l’Église orthodoxe ukrainienne

16.11.2021

Le métropolite Hilarion : Le patriarche Bartholomée a initié un schisme sur le territoire canonique de l’Église russe

15.11.2021

Le président du DREE est intervenu à l’ouverture d’une conférence théologique au séminaire orthodoxe Saint-Vladimir de New York

12.11.2021

Le président du DREE a rencontré le secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les États

09.11.2021

Le métropolite Hilarion : Le prix Nobel de la paix est devenu un instrument de manipulation politique

31.10.2021

Le métropolite Hilarion : Les défenseurs libéraux des droits de l’homme nient un droit fondamental : celui de naître

30.10.2021

Le métropolite Hilarion : L’Église invite à garder la mémoire des victimes innocentes des répressions

30.10.2021

A Londres, négociations entre le président du DREE et le représentant de l’archevêque de Canterbury sur les contacts avec l’Église orthodoxe

27.10.2021

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk a répondu aux question de RIA Novosti

26.10.2021

Le métropolite Hilarion à Oxford

26.10.2021

Le président du DREE a participé à l’inauguration de l’exposition « Moscou grecque. De Théophane le Grec à nos jours »

23.10.2021

Le métropolite Hilarion : l’œuvre de Dostoïevski prêche les idéaux évangéliques

09.02.2021

Le métropolite Hilarion : Le Seigneur a empli les eaux du Jourdain de Sa présence pour y laver les péchés des hommes

19.01.2021

Le métropolite Hilarion : Le Seigneur permet à chacun de s’approcher du Royaume céleste dès cette terre

18.10.2020

Le métropolite Hilarion : La Mère de Dieu intercède pour chacun de nous devant le Roi des Cieux

14.10.2020

Fête de saint Serge de Radonège à la laure de la Trinité-Saint-Serge

08.10.2020

Le métropolite Hilarion : Le Royaume des cieux que Dieu a préparé est ouvert à tous

04.10.2020

Le métropolite Hilarion : La croix, instrument de mort honteux, est devenu le symbole du salut de millions d’hommes

27.09.2020

Le métropolite Hilarion : la Mère de Dieu nous est donnée comme Médiatrice céleste et souveraine, qui intercède pour notre salut

21.09.2020

Le métropolite Hilarion : L’Eucharistie est le repas de noces auquel le Seigneur Jésus Christ convie chaque de nous

13.09.2020

Le métropolite Hilarion : La foi est capable d’inspirer des prouesses dans la vie terrestre et d’ouvrir les portes de la vie éternelle

11.09.2020

Le métropolite Hilarion : La foi seule est insuffisante au salut

30.08.2020

Le métropolite Hilarion : La présence invisible de la Reine des Cieux se fait sentir dans nos vies

28.08.2020

Le métropolite Hilarion : Dieu est prêt à donner à chacun le don étonnant de la foi, mais il faut être prêt à le recevoir

16.08.2020

Le métropolite Hilarion : Le Seigneur nous prie de chercher avant tout le Royaume de Dieu

28.06.2020

Le métropolite Hilarion : Le Seigneur appelle tous les hommes à la sainteté

14.06.2020

Retour d'information

Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Envoyer un message
Рус Укр Eng Deu Ελλ Fra Ita Бълг ქარ Срп Rom عرب